dimanche 29 mars 2009

Le blog du collège de Vonnas a un an !

Nous y voilà. Avec ce 372e post, le cap est franchi. Aujourd'hui le blog du collège de Vonnas fête son premier anniversaire. Face à l'autisme et à l'immobilisme du gouvernement, la mobilisation s'est un peu émoussée, mais sous la cendre les braises sont encore chaudes et il ne faudrait pas souffler très fort dessus pour que le feu reprenne, le collège étant resté très mobilisé lors des dernières grèves, en novembre, janvier et mars avec, à chaque fois, une participation de l'ordre des deux tiers du personnel.

La prochaine rentrée ne s'annonce pas, en effet, sous les meilleurs auspices. Alors que nos effectifs devraient légèrement augmenter - une quinzaine d'élèves en plus ?- notre DHG resterait peu ou prou la même et aucune des très nombreuses heures qui nous ont été enlevées l'an dernier ne devrait être rendue. Quant à la classe que nous avons perdue en septembre 2008, nous ne la retrouverons pas en septembre 2009. Les trois collègues qui, en histoire-géo, anglais et français, ont du cette année partager leur temps entre deux établissements ne rentreront pas au bercail et continueront leurs pérégrinations bressanes, très certainement accompagnés par un quatrième prof, de technologie cette fois. Ne croyons pas non plus que le départ à la retraite - repos ô combien mérité ! - d'une de nos dames de sciences soit entièrement compensé. Les groupes de sciences resteront donc toujours aussi chargés s'ils ne disparaissent pas définitivement, menace qui pèserait également sur l'enseignement des langues. Que du bonheur en perspective, et certainement de très nombreux autres posts à attendre au cours des mois qui viennent.
Nous ne remercions donc aucun de nos trois meilleurs amis, le petit Nicolas, le gros Xavier et la blonde Valérie, sans qui ce blog n'aurait jamais existé. Par contre mille merci à tous ceux qui nous suivent, nous encouragent ou nous critiquent.

samedi 28 mars 2009

Soutien à la Ronde infinie des obstinés

Depuis lundi dernier 23 mars à midi la Ronde infinie des obstinés tourne inlassablement sur la place de grève, devant l'hôtel de ville de Paris, pour protester contre les réformes qui mettent à mal "les idées mêmes d'éducation nationale, d'université, d'enseignement et de recherche".http://www.youtube.com/watch?v=bZWjOqcBnIk

Communiqué de presse du 27 mars 2009 – Ronde infinie des obstinés.
"La ronde infinie des obstinés tourne depuis plus de 100 heures et il n'y pas lieu de s'en réjouir. Si le chiffre marque la force de notre mobilisation et de notre détermination, chaque heure qui passe confirme le silence et le mépris du gouvernement à l'égard de l'éducation. Nous avons marché 100 heures jours et nuits, sous le soleil ou la pluie, mais nous n'avons pas fêté ces 100 heures : nous prenons acte que ces 100h s'ajoutent aux 7 semaines de grève des universités et que ni Valérie Pécresse, ni Xavier Darcos n'ont daigné écouter ceux qui font ce métier et entendent penser ensemble l'avenir de l'Education.
Nous, universitaires, enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants, personnels des bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers de service, nous constatons que l'essentiel de nos revendications reste à satisfaire.
Notre marche lancinante est rejointe, tous les jours et toutes les nuits, par de nouvelles universités, par des personnes d'autres secteurs qui font, avec nous, un bout de chemin.A l’université de Paris 8 se sont jointes des marcheurs des universités de Paris 1, Paris 2, Paris 3, Paris 4, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Paris X Nanterre, Paris 11, Paris 12, Paris 13, de l’IUFM de Paris et de Bonneuil, de l'ENS, de l'EHESS, de L'INALCO, de l'Observatoire de Paris, du CNRS, de Mulhouse, Montpellier 3, Reims ainsi que les collectifs SLU et SLR, sans compter tous les anonymes. L’université de Poitiers tourne tous les jours, Place d'Armes, de 17h à 19h. L'université de Clermont-Ferrand ouvrira une ronde le 1er avril. Les universités de Lyon, de Lille et de Fort-de-France en Martinique préparent aussi leur ronde. "

mercredi 25 mars 2009

Darcos sommé de se coucher

(source : Le Canard Enchaîné, 25 mars 2009)

mardi 24 mars 2009

Des profs à Bac + 4,1 ?

Invité de la matinale de France Inter, Darcos a d'entrée éludé la première question posée sur le mouvement de protestation qui, de la maternelle à l'université, dure maintenant depuis deux mois : "je voudrais faire observer que derrière tous ces mouvements, il y a beaucoup de choses qui marchent" ; l'accompagnement personnalisé en primaire, l'accompagnement éducatif au collège et au lycée, les nouveaux programmes du primaire, les stages pendant les vacances. Récusant les arguments de ceux qui, selon lui, affirment que "tout est en vrac" - "des arbres qui cachent la forêt [des belles réussites]" - il affirme une nouvelle fois que si contestation il y a, elle est politique et émane de ceux qui refusent le verdict des urnes. Pas de crise donc : "il me semble que la crise est moins grande aujourd’hui dans le second degré, dans l’école primaire, au collège et au lycée. On peut même dire que les choses se sont à peu près stabilisées…" malgré huit semaines de manifs ininterrompues. Pas de recul non plus, mais des explications et des négociations, tant avec les lycéens qu'avec les enseignants -chercheurs.
Quant à la réforme de la masterisation, elle est lancée dans l'intérêt de tout le monde et son objectif - mieux former les profs pour pouvoir mieux les rémunérer - n'est plus contesté. Pour l'année 2009-2010, les épreuves des concours resteront toutefois les mêmes qu'auparavant, les nouveaux concours n'étant annoncés qu'en 2011. La formation des profs, elle, n'est pas remise en question, puisqu'ils bénéficieront, avant le concours, de 108 heures rémunérées de stage en responsabilité et, qu'après le concours, ils travailleront en alternance dans les établissements, tout en poursuivant leur formation dans les universités : deux tiers de leur temps devant des classes et un tiers en formation. Mais entendons-nous bien : il ne s'agit pas de vouloir faire des économies sur les postes en inversant le ratio formation / cours en responsabilité. Ce n'est là qu'une "autre conception de la formation"... sans rire.

L'interview se conclut sur un joli bafouillage à propos du calendrier et de la date des concours. Darcos les annonce "le plus tôt possible dans l'année", dès octobre, afin de permettre aux étudiants qui le souhaitent de pouvoir ensuite terminer leur master de recherche et il assure que ceux qui le voudront pourront conserver le bénéfice de ce concours pendant toute une année. Puis il affirme avec la même assurance que le concours aura donc lieu en octobre... 2009, suscitant la surprise des journalistes qui, se souvenant des garanties données quelques minutes auparavant, lui demandent alors de confirmer, ce qu'il se garde bien de faire, se rendant compte qu'il vient une fois de plus de se planter et de démontrer qu'il ne maîtrise pas le dossier. Si les futurs concours ont bien lieu en octobre (2010 ou 2011), les profs seront donc recrutés avant que leur master ne soit achevé et validé au mois de juin suivant, c'est à dire non pas à Bac + 5 comme l'annonce le ministre, mais par anticipation à Bac + 4,1 !

http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/septdix/

dimanche 22 mars 2009

Quand Sarko y cause mal la France

Sarkozy malmène le français
En pleine semaine de la langue française, le chef de l'Etat a gratifié ses auditeurs de quelques belles fautes de français.
Involontaires ou calculées ?
(source : Le Parisien - Aujourd'hui en France, 22 mars 2009)
Même la presse anglaise se gausse de la syntaxe approximative du "beauf" qui nous préside. Lu dans le Times - une référence ! - sous le titre "Nicolas Sarkozy held to ridicule for failing to mind his language" :
"Presidents of the French Republic do not start speeches by saying: “To everyone who's important here, bonjour.” They also conjugate their verbs and use pronouns correctly — or at least they did before President Sarkozy.
As Paris marks the annual Week of the French Language, the straight-talking President has upset teachers and purists with his fondness for sounding like a matey, ordinary bloke.
Mr Sarkozy's habit of playing fast and loose with the French language helped him win the election in 2007, but it is now feeding his image as a Philistine. The trouble began early last year when he told a heckler to “p*** off, poor sod” and it has not been eased by implausible attempts by Carla Bruni to portray her husband as a closet lover of belles lettres.
Molière must be turning in his grave,” said le Parisien newspaper, reporting on the latest Sarkozysmes, as his syntactical abuses are called.
Fanny Capel, the head of a campaign group called Sauvez les Lettres (Save Letters), told The Times: “We have un beauf at the head of the state.” Un beauf, or brother-in-law, is shorthand for uneducated and ignorant.
Mr Sarkozy jangles nerves with colloquial tics such as dropping the “ne” between pronoun and verb in negative sentences. “J'écoute mais je tiens pas compte,” he said the other day. (I listen but I don't take notice). He often uses the slangy “ch'ais pas” for “je ne sais pas” and “ch'uis” instead of “je suis”.
Like Tony Blair with his pseudo estuary-speak, Mr Sarkozy is a lawyer with a posh education who uses low-class tones as a way of endearing himself. The style grates because of France's attachment to language as a unifying force. Most previous leaders have cultivated a literary side, including military ones such as Charles de Gaulle and Napoleon Bonaparte.
The President stands accused of setting a bad example when he is trying to stem a decline in literacy. Jean-Marie Rouart, a writer and member of the Académie Française, accused Mr Sarkozy of pandering to youth “by apeing their vulgarity”.
Jean Véronis, who wrote a study called The Words of Nicolas Sarkozy, said that the President's speech was natural to him. “He is not very cultivated and does not read much. Usually politicians correct themselves when they arrive at a certain level but Sarkozy does not give a hoot. It's his nouveau riche attitude,” he said.
Mr Sarkozy's deliberate philistinism has been turned against him by opponents in the educational and literary world. They are buying in high numbers a 17th-century novel called The Princess of Cleves because it is the President's bête noire.
He joked recently that only a “sadist or an idiot” could have inserted questions on the book into an entrance examination for civil servants. The book has now sold out. Visitors at the Paris book fair last week were wearing badges saying, “I am reading The Princess of Cleves”.
(source : The Times, 24 mars 2009)
Les meilleurs moments du discours incohérent prononcé par Sarko le 17 mars, dans l'usine Alstom d'Ornans, sont sur

vendredi 20 mars 2009

Masterisation : un vrai faux recul

"Les concours seront maintenus dans leur état actuel pour la session 2010". Voilà ce qu'annonce Darcos aujourd'hui. La modification des concours est donc repoussée d'un an, mais encore une fois il ne s'agit que de communication. Car sur le contenu la réforme de la masterisation, elle, reste inchangée et, plus grave, elle devrait quand même entrer en vigueur sur certains aspects dès la rentrée 2009-2010. Il n'y a pas de quoi se réjouir et encore moins de crier victoire.

jeudi 19 mars 2009

Mobilisation réussie à Bourg.

Alors que le gouvernement concède ce soir 1,2 millions de manifestants (le même chiffre que celui qu"il annonçait ce matin dès 8 h. 30 !), ce sont en réalité deux fois plus de mécontents qui ont battu le pavé aujourd'hui à travers tout le pays. A Bourg-en-Bresse comme partout, le cortège a gagné en ampleur par rapport à celui du 29 janvier qui comptait déjà entre 8000 et 10000 manifestants.

L'accès à l'Inspection académique était bloqué par les forces de l'ordre

mercredi 18 mars 2009

Tous dans la rue !

(Source : Charlie Hebdo, 18 mars 2009)

mardi 17 mars 2009

Universithon à Lyon

Mercredi 18 mars, les universités lyonnaises (Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, IEP et ENS) organisent tout l'après-midi, place Bellecour, un Universithon. Au programme : spectacles, jeux, informations sur le mouvement universitaire, cours hors des murs et grande vente aux enchères de l'Université.

La CNU appelle à la radicalisation

La Coordination nationale des universités (C.N.U.), qui se déclare "particulièrement choquée par l'attitude de mépris, voire de provocation" des ministres Darcos et Pécresse à propos du décret sur les enseignants-chercheurs, dénonce "[leur] irresponsabilité et [leur] cynisme dans la gestion d’une crise majeure de l’enseignement supérieur et la recherche", ainsi que "les manquements graves à l'éthique que constituent les mensonges répétés de Xavier Darcos - sur l'allongement de la formation des enseignants - et de Valérie Pécresse - sur les budgets - et demande leur démission".
Tout en lançant l'idée d'une "manifestation nationale le 26 mars", la Coordination appelle également les enseignants "à participer massivement à la journée d'action interprofessionnelle de jeudi" et à multiplier les actions coups de poing (manifestations et cours publics, blocages des rectorats, des voies ferrées et des gares, opérations péages gratuits) dans les jours et les semaines à venir.

jeudi 12 mars 2009

Réforme de la formation : statu quo

Bien que Pécresse et Darcos aient annoncé l'étalement sur trois ans de la réforme de la formation des enseignants, le texte reste inchangé sur le fond. Et ce ne seront pas les quelques 108 heures de stage d'observation et de pratique annoncées sur deux ans, même rémunérées, et dont devraient bénéficier 100 000 candidats (d'où sort ce chiffre ?) qui vont changer la donne. Le texte sur la mastérisation reste à l'ordre du jour et la mobilisation doit continuer.

A ce sujet, lire l'analyse qui est faite de ce projet sur le site Universités & Universitaires en lutte : http://universitesenlutte.wordpress.com/2009/03/12/confidentiel-masterisation-un-projet-de-circulaire-precise-lorganisation-des-108-heures-de-stage/

Coke en stock

Mais qui a financé le séjour de Pépito et Carlita dans une très chic station balnéaire de la côte Pacifique le week-end dernier ? Devant les interrogations, l'Elysée affirmait lundi que notre couple bling bling était invité par le Président Calderon. Cette affirmation a provoqué depuis un tollé dans l'opinion publique et dans l'opposition mexicaines qui n'acceptent pas l'idée que leurs impôts puissent servir à loger les Sarkozy dans une fastueuse résidence à 5000 $ la nuit. Calderon a donc reconnu que nos deux (sombres) héros étaient en fait invités par un riche homme d'affaires, Roberto Hernandez Ramirez, propriétaire de l'hôtel El Tamarindo. Rien d'exceptionnel donc, car Sarkozy nous a habitué à la générosité de ses riches "amis" (croisière sur le Paloma, vacances à Wolfeboro et au Brésil par exemple). Mais là où les choses deviennent plus drôles, c'est que le sieur Hernandez Ramirez est sérieusement soupçonné d'être lié à des narcotraficants dont il aurait blanchi la menue monnaie et la rumeur dit même que quelques cargaisons de cocaïne auraient pu transiter par ses propriétés. Or, avant de se rendre sur leur lieu de villégiature notre petit Pancho Villa et son Amoureuse seraient d'abord passés par son hacienda de Temozon Sur dans le Yucatan, histoire d'honorer leur gentil mécène. Après la neige de Megève les voilà sur la piste de la mexicaine... Rien d'étonnant donc à ce que notre Monarque ait une démarche saccadée et des haussements d'épaule intempestifs, qu'il soit si irritable et bourré de tics, qu'il fasse tant de grimaces et, plus grave, qu'il tienne dans certains de ces discours, comme celui du 22 janvier sur la recherche par exemple, des propos... hallucinants.

mardi 10 mars 2009

Sur le front des universités

A la veille de la journée de mobilisation du 11 mars, au moins 41 des 79 universités de France métropolitaine sont actuellement touchées par des grèves totales ou partielles et une quinzaine d'entre elles sont même totalement bloquées. Contrairement à ce qu'a tenté de faire croire le ministère la situation ne se décante pas, bien au contraire.
Mercredi 11 mars
De la Maternelle à l'Université

Manifestation à Lyon, place des Terreaux, 14 h.

Interview de Richard Descoings

(source : Le Progrès, 10 mars 2009)

samedi 7 mars 2009

Carte scolaire de l'Ain

Carte scolaire de l'Ain :
le "non" des syndicats
C'est sous ce titre que Le Progrès consacre aujourd'hui sa une à la nouvelle carte scolaire de l'Ain. On peut y lire que les syndicats d'enseignants et de parents d'élèves s'opposent aux fermetures de classes annoncées pour la prochaine rentrée, tandis que de son côté l'inspecteur d'académie insiste sur la création de huit postes d'enseignants. Le quotidien régional publie également "la liste exhaustive des projets de fermetures et d'ouvertures de classes".

La Cucaracha

Carlita aurait fait une excellente enseignante, telle que les imagine son Royal Epoux : de gauche et toujours en vacances ! En effet, alors que Sa Majesté entame lundi un voyage d'Etat au Mexique, le couple impérial s'est envolé dès jeudi soir pour s'accorder un petit week end "sous le soleil des tropiques" comme dirait un membre éminent de l'UMP. Voilà qui permettra à Carlita de se remettre de l'éprouvante semaine qu'elle vient de passer à Megève. Naturellement, ils seront bientôt rejoints par plusieurs ministres et quelques membres de l'UMP, car notre petit Pancho Villa ne se déplace jamais sans son armée mexicaine.

La cucaracha, la cucaracha
Ya no puede caminar,
Porque no tiene, porque le falta
Marijuana que fumar

vendredi 6 mars 2009

Manifestation contre les suppressions de postes

(source : Le Progrès - 06 mars 2009)

jeudi 5 mars 2009

Facs : la lutte continue

Alors que le gouvernement tente de faire croire à une prochaine sortie de crise et que les grands médias complices du pouvoir ont décidé de ne plus parler du mouvement des enseignants chercheurs, la contestation se radicalise dans les universités. De plus en plus de facs, mais aussi des IUFM et des IEP ont rejoint le mouvement. Certaines facs sont mêmes bloquées ou occupées, comme à Nantes, Toulouse, Lyon, Montpellier, Bordeaux (http://universitesenlutte.wordpress.com/). Hier soir des étudiants ont à nouveau tenté d'envahir la Sorbonne (http://www.rue89.com/2009/03/05/nouvelle-evacuation-pour-les-occupants-de-la-sorbonne).
Plus de 40 000 personnes ont encore défilé dans les rues aujourd'hui. On en a compté entre 2500 et 3000 à Lyon.

(source : Le Progrès ; 7 mars 2009)

mercredi 4 mars 2009

Couché !

Le petit satrape en a assez des enseignants, des chercheurs et des étudiants qui manifestent constamment depuis près de cinq mois. Il en a assez des "cons" qui sont à l'origine des réformes qui poussent toute la corporation dans la rue mais oublie que sans le premier d'entre eux ( leur roi !), celui qui n'aime pas La Princesse de Clèves, dénigre le savoir, insulte constamment les "médiocres" qui le dispensent et dénonce les fainéants "insupportables, infréquentables et haïssables" que nous sommes, on n'en serait sans doute pas là.
(source : Le Canard Enchaîné, 04 mars 2209)

lundi 2 mars 2009

Menaces sur le Bac ?

Après un mois de grève et de manifestations, face à la surdité du gouvernement qui joue la montre et le pourrissement, la coordination des universités tente d'accentuer la pression sur Pécresse et Darcos en menaçant de boycotter les jurys du baccalauréat si les réformes contestées, et notamment celle de la formation des maîtres, ne sont pas abandonnées. Voilà une belle proposition qui risquerait, si elle était mise à exécution, de provoquer un joli désordre car les jurys de bac sont toujours présidés par des universitaires. Mais qu'attend-on dans le secondaire pour utiliser les mêmes moyens de pression et menacer à notre tour le bon déroulement du brevet des collèges et du sacro-saint bac ? Nous avons une réelle capacité de nuisance. Il serait temps d'en prendre conscience. Darcos l'avait avoué à demi mots l'an dernier : un boycott du bac aurait pu le faire reculer sur les suppressions de postes. Malheureusement personne n'avait osé saisir cette opportunité. On connaît la suite...